Pour profiter de sa moto en été ou même pour le garder en bon état toute l’année, mieux vaut en prendre soin régulièrement en suivant quelques règles d’entretien à faire soi-même. Beaucoup penseront qu’ils n’ont pas les compétences nécessaires pour mettre les mains dans le cambouis, mais avec un bon guide et des conseils simples, c’est beaucoup plus facile que vous ne l’imaginez !

Pour vos interventions mécaniques, nous vous conseillons aussi l’achat pieces moto occasion bien plus économiques !

Le lavage de la moto

Le lavage de la moto ne doit pas être négligé. Pour beaucoup, c’est une véritable corvée, pour beaucoup d’autres un plaisir. Pourtant, tout le monde devrait le faire, ne serait-ce que parce que le lavage de la moto est toujours “utile” : il nous oblige à regarder attentivement l’aspect général de la mécanique, les éléments sécurité comme les pneus, plaquettes de frein ou encore la tension de la chaine, le niveau d’huile moteur, le niveau de liquide de refroidissement.

Vous pouvez aussi regarder cette vidéo pour apprendre à bien nettoyer la chaine de la moto. Vous n’oublierez pas également de faire un petit geste pour la planète et de recueillir les résidus et de les apporter à un centre de collecte des huiles usagées !

Contrôle de la batterie

Si la moto est restée à l’arrêt pendant une longue période, il est bon de vérifier périodiquement l’état de charge de la batterie et le fonctionnement du système de charge. Une batterie nominale de 12V doit avoir une tension effective comprise entre 12,1 et 12,9V au repos, sinon elle doit être rechargée.

Les chargeurs de batterie sont très utiles pour prolonger et, même rendre quasi infinie la vie de la batterie, si vous la branchez à ce genre d’appareil quand la moto est garée dans votre garage. De cette façon, lorsque la moto est à l’arrêt, la batterie est toujours maintenue à la tension optimale !

Contrôle de la pression des pneus

Le contrôler des pneus est à effectuer régulièrement, tous les 15 jours au maximum. La pression des pneus varie en fonction de la température extérieure : quand l’environnement se réchauffe, la pression augmente, quand il fait froid, elle diminue.

L’effet de l’humidité doit également être pris en compte : plus l’air est humide, plus la perte de pression est importante lorsque la température extérieure change. Pour vérifier la pression, de préférence à température ambiante, il est préférable de se fier à son propre manomètre numérique personnel, qui est certainement plus précis que ceux disponibles dans les stations-service.

Au moment du gonflage, vérifiez toujours l’absence de fissures dans les pneus, ainsi que l’usure : les indicateurs d’usure sont les petits reliefs présents dans les rainures de la bande de roulement, indiqués par un petit triangle imprimé sur le côté. Si, sur tout l’arc de la bande de roulement, l’une de ces crêtes se trouve au même niveau que la surface extérieure, les pneus doivent être remplacés. Dans tous les cas, il convient de souligner que, surtout pour les pneus de tourisme, l’adhérence peut devenir moins efficace lorsque la bande de roulement présente un écart de 0,5 mm par rapport aux indicateurs de référence.

Contrôle du niveau de liquide de frein

Le contrôle du niveau du liquide de frein doit être effectué avec une position de la moto aussi horizontale que possible : il doit toujours y avoir un volume d’air présent pour compenser l’expansion du liquide et permettre un fonctionnement optimal de la pompe.

Contrôle du niveau du liquide de refroidissement

Le niveau du liquide de refroidissement se vérifie lorsque le moteur est froid. Il doit toujours se trouver entre les repères minimum et maximum. Si des variations anormales sont constatées, il faut vérifier l’étanchéité des joints des tuyaux ou de la pompe à eau.

Attention : lorsque le moteur est chaud, la pression, la fluidité de l’huile et de l’eau de refroidissement sont beaucoup plus élevées que lorsque la moto est froide.